Esperance d’un être…

ma vie?la votre?la notre….

9
août 2009
Posté dans Non classé par esperance30 à 11:04 | Pas de réponses »

Bonjour a tous,

donc, je me présente: espérance30, 25 ans, résidant dans le sud de la France.

Ce blog sera un peu mon journal intime, ma façon a moi d’exprimer ce que je ne peux dire aux gens qui m’entourent. 

Je vous souhaite bonne lecture. :-)

28
août 2009
Posté dans Etat d'âme... par esperance30 à 6:14 | Pas de réponses »

Il arrive, dans de grandes discussions, plusieurs sujets divers abordés que des épines viennent se planter, sans réellement effilocher la conversation.Ces épines qui vous subjugue, car l’interlocuteur dans sa phase de déprime, ou autre, semble n’ont pas écouter, mais ne pas comprendre le sens des phrases débitées, voir le sens de votre écoute et de votre vie…

J’en reviens sur ma différence…encore diront certains, mais c’est bien le sujet. J’ai eu droit hier, a un topo de celle qui me tient a coeur.  J’ai été « brutaliser » mentalement parlant. Nous avons discuter de tout et de rien, mais là, ce fut d’une autre catégorie que celle que j’ai pus entendre. Une fille avec plein de regret, une fille pas sur de soi, une fille « pas à la hauteur » comme elle a pus me faire entendre.

Cette phrase « pas à la hauteur » m’a….trouer le derrière. Mélangeant un aveux avec l’anxiété d’une histoire d’amour qui s’est mal terminer, je pus entendre qu’elle ne se sentait pas à l’aise avec elle même. Que lorsque, quelque chose la différencier, cette chose qui fait que nous sommes uniques, elle se mettait à réfléchir sur sa propre condition, et qu’elle était perturbée par la vision des autres. Elle vient me dire « texto », que je ne la comprend pas car elle est différente physiquement et mentalement parlant.

Je fut complètement irrité par sa déclaration et n’eut d’autre réaction, que de le prendre mal. Je lui ai répondus limite, que c’est la charité qui se fout de l’hôpital. Comment peut elle dire, a moi, la différence incarné, le seul homme qui, ou qu’il soit, ne peut pas être considérer normal car quelques choses le différencie de tous….peut importe la race, peut importe la religion, je suis limite, l’homme à abattre! Je n’ai ma place……….nul part!

Je peux être montré du doigt, dans tous les recoins de la france. Personne ne me laisse rentrer dans des établissements privés, et quand s’est le cas, les gens ne sont pas à l’aise! Comment peut-elle me dire, qu’elle n’ose pas venir auprès de moi, et de mes amis, car nous sommes comme cela, et pas comme les siens. Je suis sûrement plus proche des siens, si ce n’est que la barrière de la langue s’impose…

Du coup, par réaction logique sur ma personnalité, je ne pus que lui répondre d’une manière « décidé », lui faisant comprendre qu’elle était différente par rapport aux simple fait qu’elle le pensait, et que moi je l’étais, car une « absurdité » l’imposait!

Je ne peux pas lui en vouloir, mais j’étais complètement déboussolé. Je continuais quand même ma conversation avec elle, m’éternisant jusqu’a 2h avant le lever du soleil. Lui promettant qu’elle trouverait « chaussure a son pied ». Que la vie n’est pas que déception, haine, malheur, autre…qu’elle restait unique a mes yeux, je sais pourquoi maintenant.emoticone

Enfin, je raccrochais enfin la conversation, lui souhaitant une bonne nuit et de beaux rêves….je me couchais quelques minutes plus tard, mais la colère au coeur, la haine rejaillissant, cette haine de l’incompris, du mal entendu qui entend tout le monde, cette colère de l’homme qui aide mais, que l’on n’aide pas….

 

26
août 2009

Nous avons tous, autour de nous, quelqu’un dont la présence ne nous rassure pas, dont le simple fait de voir son visage, nous rend « bad »… Vous savez, ce type que vous croisez qui vous terrorise par son simple regard froid…..

Bah, j’en fais partie. J’ai une tête et un physique qui très souvent, effraie les gens. Rajouter a cela les traits de visages, marqués par la violence et vous avez le gros lot du loubard en face de vous. Vous me direz, c’est pratique pour pas se faire emmerder….je vous rassure, c’est loin d’être le cas. Bien sur, que moi aussi, je subis l’assaut de petit rigolo, pas plus intelligent qu’une mouche et tout aussi casse bonbon. Je me laisse pas faire, mais plus je vieillis, et plus cela devient usant….

Encore un soir, ou ma présence est nécessaire. Un appel au secours, mes mains ont encore du travail à faire. Je suis à l’autre bout du rendez vous que l’on m’a donnez, et je dois écourter mon seul loisir de l’été, pour rejoindre au plus vite le lieu du fameux rendez vous.

Je rejoins le groupe en question et aborde le mal en question. J’avertis, je concède, mais encore une fois, les seuls renforts qui seront là, ben….c’est moi même. Je matte, j’observe, je discute…je sens que la tension monte, mais je suis incapable de déterminer ou je dois agir, tellement le monde abonde…

J’attends, patiemment, mais prêt a bondir au moindre geste. Je rassure amis et connaissance, je détends l’atmosphère de mes pitreries. J’en oublie même ce pourquoi je suis venu, en discutant avec l’un de mes vieux amis….À ce moment là, la colère éclate à quelques mètres de moi. Je surgis pour éteindre le feu, mais le calme revient aussi vite qu’il a été troublé.

J’aseptise la jeunesse, retenant l’invaincu, le calmant de sa haine passagère. Certains me bousculent, pensant que je suis l’auteur de cette fanfaronnade, alors je leur crie que ce n’est pas le cas. Le calme revient encore, certains s’isolent, d’autre gère l’autre partie….

Je continue a veiller au grain jusqu’a 3h du matin, servant de psychologue, de garde, d’assistant. Je raccompagne la jeunesse effrontée à leur carrosse, m’assurant que mon amie va bien. Enfin, ils partent.

Je relâche pression et muscle et rigole de cette soirée, de cette plaisanterie. Je raccompagne une amie, déçu du comportement des gens qui l’entourent, je fais encore le conseiller jusqu’a pas d’heure, rabiboche le couple tendu par une incompréhension pittoresque…

Je rentre a « pas d’heure », rassurant encore, au téléphone, couple et amis, que la guerre est finis….que tout va bien.

Et comme tous les soirs, je reprends la route….seul. Je rentre chez moi, mais personne ne m’attend. Personne pour ne s’inquiéter de ce jeune homme qui vient défendre « l’indéfendable »…personne pour dire quoi que ce soit, qui puisse être bon pour mon coeur et mes pensées. Je m’endors lentement, en attendant un « je ne sais quoi », mais je m’endors et rien ne viendra…

Ce soir, les démons sont en moi, j’attends toujours les anges….

 

23
août 2009

Une soirée, pas comme les autres. Une soirée de fêtes, de sourire, de visage heureux…La musique assourdit les frêles oreilles, les comptoirs sont plein, les discussions sont multiples. Les gens dansent, s’amusent, donne leur tout à tout le monde. Les rencontres sont interminables… Du vieil ami jusqu’à l’inconnu heureux de vivre.

Je me ballade, heureux de voir les gens ne se soucier que de leur propre sort. Je me balade heureux et accompagner de la plus belle femme que la vie m’est envoyé. Sa beauté subjuguent les badauds, son sourire rayonne et illumine la soirée, son déhancher sur la musique me charme et charme tous les gens a proximité. Elle sourit, elle est joyeuse, elle est radieuse…

Elle me rit au nez, me bouscule, me touche. Ses mains délicate touche les miennes…j’en frissonne de plaisir. Pour une fois, je me sens libre, en paix, calme, serein. Je ne peux pas lui offrir un verre, mais ma parole, ma promesse, ma vie lui appartiennent.

Je lui dois ma bonne humeur, je lui dois bien plus encore. Je ne peux être son homme, je ne peux pas l’embrasser car, quelques choses au fond de moi, me dit que ce serait le plus mauvais choix. Mais je peux apprécier sa douceur divine…

A coté de cela, les gens me regardent….dans mon propre lieu de vie, je semble étranger. Certains ressentent et voient ma différence ancrée sur mon visage depuis nombres d’années… Je me sens à l’aise grâce à elle ma princesse, mon tout, mais je reste quand même au aguets…

Je ne joue pas de la paranoïa comme certains de mes ex-amis savent le faire, même très bien. Je constate simplement que dans un endroit ou j’ai passer pratiquement, les 3/4 de ma jeune vie d’homme, je passe pour un….touriste. Incroyable sensations?

Pas tant que ça, je le vis au quotidien mais là, ce soir là, je l’ai ressenti 20000 fois plus que la normale. Bien sur, au milieu de la foule, je serre quelques mains chaleureuse, j’embrasse famille et amis, je salue même mes ennemies, d’un sourire détendu…enfin, qui en dit long sur mes intentions.

Je souris au force de l’ordre, leur montrant ma bonne foi. Je leur souhaite bonne soirée, tout en regardant ma princesse et ses amis. Mais au delà de ça, je ressens toujours le même regard, fixe, me dévisageant…

Mes amis s’étale dans la fête, certains partent chez une connaissance, que j’apprécie peu. Le contexte est réciproque, je ne viens que rarement chez cette personne, et les seules fois ou je pus me présenter, je compris rapidement que ma présence interloqué les propriétaires…Mais ce qui m’a le plus marquer ce soir là, c’est ma princesse. Elle me posa une question, qui me troubla:

« Pourquoi tes amis ne t’ont pas dire de venir avec eux? »

Je lui ai simplement répondus que chez la personne en question, je n’étais pas spécialement le bienvenue, cause de différence. Elle me répondit:

« Pourquoi ta différence? »

Et là, j’ai eu l’impression que la terre ne tournait plus. J’ai eu un choc, l’impression d’avoir pris un mur en pleine face. Pour la première fois depuis nombre d’année, quelqu’un d’exceptionnel me disait que j’étais….. Comme les autres….

Je fus tellement estomaquer, que je ne pus répondre sur le coup. Mes réponses s’emmêlaient dans ma tête, mes pensées étaient perturber…Je fis réponse facile en lui disant simplement, que j’étais différents et que sa posais problèmes…

Vous allez trouver sa bête, mais en écrivant ceci, j’en pleure. Complètement dingue!Rire

Enfin, il se faisait tard. Il était temps de rentrer pour elle et ses amis, fort agréable d’ailleurs. Je la raccompagnais à la voiture, tout en discutant de tout et de rien. Je la taquinais, la dévisageai, la regardait s’éclatait sur le son « funky » de cette fin de soirée. Elle me pris dans ses bras, me montrant peut être, son attachement. Ma bouche se posant a quelque centimètre de la sienne. On a bien faillis passer a coté d’une catastrophe, j’en rigole bien sur…

Je la laissais partir et elle me promis de m’appeler une fois rentrer. Je continuais ma soirée, décidant de rejoindre mes 3 derniers amis, qui étaient dans un état « alcoolisés »Scelle. Je leur montré ma joie, profitant des dernières histoires de comptoir. Je ne restais que peu ce soir là, j’assistait et faisait profiter de ma parole aux hommes cherchant de jeune bras prêt à aider. Après moult discussions, il était temps de rentrer. Je pris la route seul, j’envoyai mes salutations aux derniers fêtards puis, rentrer à la maison tout en attendant l’appel de cette perle que la vie m’envoya.

Je la remercie de cette soirée, je la remercie de me considérer, je la remercie de m’aimer comme tel, je ne la remercierai jamais assez d’avoir, ce regard que les autres n’ont pas….

 

22
août 2009
Posté dans Sentiment étrange... par esperance30 à 1:07 | Pas de réponses »

Il  y a des jours où les services que je peux rendre, me rendent vraiment heureux. Notamment lorsque je suis attendu par « elle »…. Dès que je la vois, mon coeur se met à battre, réaction très bizarre venant de ma part. Bien que je semble ressentir ou éprouver quelques choses de très forts pour elle, je ne pense pas qu’il se passera quelques choses entre nous. Je suis trop complexe, et elle semble préoccuper par d’autre soucis, beaucoup plus important que de savoir si je tiens à elle ou pas.

Je lui ai quand même avouer, non sans peur, que je tenais a elle. Que mon regard plongeant dans le sien me rendait « euphorique ». Que tous les matins, lorsque je me lève, je pense a elle et ainsi aussi, lorsque je me couche. Je crois qu’il n’y a pas une seconde, sans que je ne pense a elle.

Quand je suis a coté, une alchimie se créer au fond de moi. Un mélange de frissons, d’amitié profonde et peut être d’amour. Mais comme j’ai pus lui dire, la haine au fond de mon coeur est bien trop ancrée pour réapprendre à aimer…

Parfois, quand nous parlons, qu’elle se délivre a moi (je suis quand même son ami) j’ai l’impression que son coeur parle au mien. Lorsque je la sers dans mes bras, que je lui fais de grosse bise comme un père pour sa fille, j’atterris dans un autre monde…je suis en extase.

Je l’ai connus, il y a peu de temps, mais j’ai l’impression de la connaître depuis très longtemps. Peut être que son passé, correspondant plus ou moins au mien, fait qu’il y a une attirance profonde entre nous. Elle m’a avoué ressentir beaucoup de chose pour moi. De la confiance surtout, beaucoup de confiance. Et je peux lire dans ses yeux que s’est sincère.

Certes, elle n’est pas parfaite en tout point, et pour le moment, je me suis jurer de ne pas faire de film. Enfin, au fond de moi, je veux sans vouloir….

J’aurai trop peur que, l’entente que nous avons depuis le début de notre rencontre, disparaisse si il se passait quelques choses entre nous. Et cela est réciproque.

Ce que j’aime par dessus tout avec elle, c’est que je me sens, à la fois a l’aise, et en même temps, complètement…comment dire, « impressionner », « gêner » par son charisme. Nous avons passer beaucoup d’heure au téléphone a discuter, ou ensemble autour d’un verre, devant la télé autre….et je suis toujours aussi gêner de pouvoir la prendre dans mes bras, de poser ma bouche sur son cou délicat, de sentir ses bras entrelacer mon corps. Elle est tellement divine, tellement plus que les autres, tellement……waouh. Mais ce que j’aime par dessus tous, c’est ce que son coeur exprime… il est tellement plein d’amour, plein de gentillesse, plein de tout….mais aussi plein de colère, de déception, de haine.

Elle a tout de la femme que je souhaiterai mais je ne sais trop comment lui avouer. Puis il y a d’autre chose bien complexe, surtout dans ma tête, qui font que je n’oserai peut être jamais lui dire réellement ce que je suis prêt a faire pour elle.

Sincèrement, ses amis me font peur. Elle a pus me raconter quelques fois ce qu’ils lui ont fait, et j’ai bien peur que ma présence au sain de ses personnes, ne finit que très mal. Je suis, je le reconnais, fort sympathique, mais je peux être complètement tordus quand je m’y met. D’ailleurs, je me sentirai mal à l’aise, car je suis très différent d’eux. Pour elle bien sur, je m’abstiens de mes opinions, et j’essaye tant bien que mal, d’être auprès d’elle, sans être nécessairement, avec ses connaissances.

Bon parmi eux, il y a des gens très bien, mais d’autres me semblent vraiment…bizarre? Enfin, beaucoup d’entre eux, lui ont fait du mal, et sa me rassure pas dans mon idée….

Malgré sa, je suis toujours là pour elle, enfin, quand je peux surtoutScelle. Pour dire, je crois que je commence à ne penser qu’a….elle. En même temps, cette fille, je l’ai vue pleurer pour un homme qui ne semblait ne pas lui correspondre. Je l’ai vue stresser, je l’ai vue s’angoisser, je l’ai vue plein de bonheur, je l’ai soutenue lors de ses coups de déprime, je l’ai dépanné et je le fais encore. Tout comme un vrai ami, je suis là pour elle. Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression qu’une force invisible, quelques choses me pousse a être encore plus auprès d’elle, de faire ce que je ferai pour une fille avec qui je ferai ma vie.

Parfois, lorsque je la ramenai chez elle, nos mains se frôlaient comme si il fallait que je lui tienne, lorsque nous faisions des projets de travail ensemble, beaucoup d’entre eux étaient choisi. Lorsque je la branche que je la taquine, son corps la trahis. Elle se met à bégayer, ses joues deviennent rouges, son corps fait des choses complètement « loufoque ». Elle est mon clown a moiRire.

Lorsque nous sommes ensemble, nous partageons comme si je partageai avec une de mes soeurs….et j’ai bien l’impression, en faite, qu’au fond de moi elle est un peu ça. Elle est un peu ma soeur, ma femme, mon amie, mon rêve, elle est un peu tout pour moi. Je me suis trop attacher a elle, et je crois que c’est sa qui me fait toutes ses sensations….étranges.

J’ai l’impression parfois, que c’est, à la fois ma femme et ma fille…mais je semble aussi lui appartenir, et au début, je n’étais pas trop daccord. Bon, je trouvais sa mignon mais bizarre, car nous ne sommes pas ensemble, nous sommes pas mariés, nous n’avons pas de bien immobilier communs….rien, nada, walou! Et malgré sa, ces petites réflexions, lorsque je fais quelques choses qui lui plait pas, semble montrer son attachement. Bon, c’est mignon, mais sa me fait « peur ».

Comment une fille aussi « belle » pourrait s’attacher a un homme comme moi? Un jeune homme avec un passé aussi lourd qu’une bibliothèque psychologique….avec un coeur remplis de haine, de malheur, de colère, d’histoire rocambolesque…comment peut elle s’attacher a ma laideur? Mon corps fatigué, brisé….comment peut elle apprécier un homme qui se plis en 180 pour tout le monde? Comment peut elle apprécier un homme qui passe en coup de vent chez elle? Je n’ai pas d’argent, j’ai ne pas le luxe de certains de ses copains. Puis surtout, si quelques choses devait se passer entre nous, comment pourrait elle aimer un homme aussi bizarre que moi….

J’aurai trop peur que ma gentillesse l’ennui, que j’en fasse trop ou peu. Que mes amis ne lui conviennent pas, que ma vie soit trop monotone, que mes enfants ne lui plaisent pas. Déjà, sans même être avec elle, j’ai déjà peur de tout cela donc….j’imagine mal si on était ensemble….sa pourrait être catastrophique.Rire

Enfin, j’ai tellement de chose à dire, tellement de chose à lui dire que, quand je suis près d’elle, je suis perturbé. J’en oublie toutes les belles choses que j’aimerai lui dire. J’en oublie même mon état de santé…chose rare! Quand je suis avec elle, mon corps se relâche, mon coeur s’ouvre, mon âme s’évade….cette fille, c’est mes vacances a moi…..

19
août 2009
Posté dans Solitude par esperance30 à 12:42 | Pas de réponses »

Quelques jours d’humilité, quelques jours de peine, trop d’année d’attente, trop d’année à attendre ce que la vie ne semble pas vouloir m’offrir…Je me sens, parfois, perdu dans un grand bain de lassitude, de solitude. Une solitude profonde, et terriblement rageuse.

Cette solitude, je la créer, je la souhaite car elle viens de ma propre initiative. Mais le problème, c’est que je n’arrive pas à l’arrêter. Même en communiquant, même en flirtant, même en créant une situation de complicité, elle est toujours présente. J’ai beau partir, aussi loin de chez moi. Partir à l’autre bout de la terre et de mes pensées, elle est toujours là, toujours aussi forte qu’au premier jour.
J’ai bien cru quelques années, qu’elle s’en irait, mais je me trompais. Cette solitude est ancrée en moi, elle est dans mon corps, dans mes veines, dans mon coeur. Et elle s’amplifie de jour en jour. Les personnes qui m’entourent ne se doute de rien. Je leur dit simplement que tout va bien, que la vie…..c’est la vie. Quand ces temps ci, j’ai trop d’infos dans ma tête mais que sa vaut pas le coup de s’y attarder dessus. Si seulement, ils savaient depuis combien de temps, tout ce remue ménage dure, ils se diraient peut être, que je suis extrêmement…seul dans mes pensées. Lorsque j’insiste pour connaître leurs soucis, ils n’en font point pour moi. Certes, certains se poseront toujours des questions, parleront toujours de ma personnalité aux autres, quand mon absence se fait, mais ne diront seulement ce que j’aurai pus leur faire ressentir…Rare sont ceux qui s’attarde réellement sur mon cas, et si sa devient le sujet, ils se trompent évidemment sur ce que je suis. Ils pensent connaître…mais qu’est ce qu’ils connaissent?

Seulement ce que je leur montre. L’homme, père de famille, qui s’occupe de ses amis comme si s’étaient ses propres enfants. L’homme qui donne sans recevoir, l’homme qui résout les problèmes, qui noie le malheur des autres dans des services qui les rendent heureux. Ils ne cherchent rarement a savoir, quel est le fond de ma pensée, et bien souvent, je rétorque que ma vie ne compte pas, mais la leur…si.

Je brise le tabou d’éventuel problème qu’ils pensent connaître. Ils se demandent pourquoi je ne veux pas vivre avec quelqu’un…? Mais la question serait plutôt: »Pourquoi je ne trouve pas ce quelqu’un? »

Je me rends compte que ma solitude leur montre une partie fausse de ma personnalité, une partie sociable d’amitié, une partie de normalité. Ma solitude est une menteuse et j’apprécie car elle me protège de bien de malheurs.

Mais comme la beauté, cette solitude ne durera pas éternellement….

19
août 2009
Posté dans musique par esperance30 à 11:46 | Pas de réponses »

Divers musique que j’écoute et qui me calme, représentant parfois, ce que je peux éprouver…

Peter Gabriel-I grieve:

Image de prévisualisation YouTube

John Butler-Peaches and cream:

Image de prévisualisation YouTube

 

John Butler-What you want?

Image de prévisualisation YouTube

Massive Attack-dissolved girl:

Image de prévisualisation YouTube

Blue fondation- Eyes on fire

Image de prévisualisation YouTube

19
août 2009
Posté dans amour par esperance30 à 11:15 | Pas de réponses »

Très souvent, il m’arrive de parler de ce mot, de cette situation, de cette angoisse qu’est l’amour.

Et j’entends très souvent, des histoires vraiment….bizarres.

Je vais tenter d’énumérer certaines situations que l’ont m’as raconté, avec des adverbes tel que pourquoi et comment, quand:

Comment se fait t’il que certains croient que l’amour soit colère et déprime?

Pourquoi certains pensent que l’amour, soit d’aspect financier?

Comment se fait t’il, que l’un se plaigne de l’autre?

Pourquoi l’un pleure quand l’autre se fout de lui?

Quand est ce que l’on a dit, que pour aimer, il fallait souffrir?

Comment se fait t’il, que de nos jours, l’amour soit optionnel, et que le sexe trône?

Pourquoi descendre l’autre, quand on avoue éprouver de l’amour pour lui?

Qu’est ce qui permet a l’un, de juger l’autre sur sa différence, alors qu’il aime cette personne avec cette différence?

Pourquoi jurer sur ce qu’on a de plus cher, lorsque que la dispute survient et que l’on s’est pertinemment que l’on a tort?

Comment peut on dire qu’on aime, quand on ne pense pas un mot de ce que l’on dit?

Pourquoi se donner les moyens, pour quelqu’un qui vous traite comme un moins que rien?

Pourquoi empêcher quelqu’un qu’on aime, de s’habiller de telle façon ou de s’exprimer d’une manière différente des autres?

De quel droit peut on, se permettre d’utiliser le passé de son ou sa bien aimée, pour le ou la descendre devant tout le monde?

Pourquoi faire du mal, créer de la douleur, physique ou moral aux personnes qu’on aime?

Pourquoi la paranoïa, le mensonge, le désespoir, envahit l’un ou l’autre, alors qu’il vie la meilleurs des choses au mondes?

 

Je crois que certaine personne ont peur d’aimer, de montrer leur amour, peur d’être juger dans la rue, peur de s’engager, peur d’être découvert ou découvrir. Leur honte personnel cachant toute leurs envies.

Je pense que certains, ont peur aussi pour leur bien aimée, peur de les mettre dans de sale draps, peur qui leur arrive misère. Que leurs histoires malveillantes, soient mauvaises pour leur conjoint.

Je crois que certains se font tellement peu confiance, qu’ils en perdent toutes possibilités de raisonner. Je crois que certains font tellement peu de chose pour eux, que le simple faite d’avoir une personne dans leur vie, leur donne un stress démesuré…

L’amour fait bien des choses merveilleuses, mais de ma vision et en aucun cas, l’amour n’est représenté par ce que j’ai pus noter plus haut.

Si l’amour avait un synonyme, serait sûrement…..liberté de vie…

 

19
août 2009
Posté dans Etat d'âme... par esperance30 à 10:42 | Pas de réponses »

Encore de grande révélation sur ma personnalité…de la part d’un et d’autres.

Je représenterai pour certains l’homme protecteur, l’homme père, l’homme assistant. Je n’en attendais pas moins, et je comprend que certains se fit a moi, non pas pour ce que je représente mais pour ma facilité a dialoguer, en somme….

Les hommes et femmes semblent retrouvés en moi, l’homme oubliée, le père absent, le confident d’adolescence, l’essuyeur de larmes, le protecteur indestructible, le témoin de leurs qualités, de leurs défaut, le thérapeute…

Pour ce qui est des femmes,Il est vrai, je les portes très souvent sur un pied d’estale.  je les embellis, alors que les autres les dénigrent, je les charme sans trop en faire, je leur donne l’occasion de plaire, je leur donne l’occasion de s’épanouir. Je leur redonne l’étincelle, la flamme au centre de leurs coeurs brisées…Qu’elles soient en couple, seul, mariées autres… je fais en sorte que leur pensée soit positive. Je passe des heures au téléphones, a les convaincre que la vie et l’amour, sont les meilleurs choses qui puissent leur permettre de continuer a exister… Je fais du social sur le terrain, et à distance…Je leur donne le respect qu’elle souhaite, je leur dit ce que leurs hommes ou les hommes font, et feraient pour elles. Je leur donne du rêves…

J’en fais de même pour les hommes, mais différemment. J’assimile mon vécu de jeune homme, je leur présente ce qu’il souhaite entendre, et je reformule en ajoutant leur qualité ou leur défaut. Je leur donne les outils pour qu’ils se comprennent, et comprennent ce que les femmes attendent d’eux. Je leur montre que dans le monde actuel, les princes ont encore le droit de vivre, que le romantisme est encore bien vivant. Que les mots doux valent bien mieux que la souffrance, que l’amour au masculin n’a rien de honteux. Que l’on peut rester un homme, même en exprimant ses sentiments, même si on pleure, même si on a peur…Selon le type d’homme, de mentalité, je peux leur expliquer leur type d’approche, leur dire: « Vas-y, avec elle, sa peut être ceci ou cela… » Je peux faire d’eux, ce qu’ils souhaitent, mais seulement si leur volonté de faire est bien présente….Je leur apprend le respect, je leur dit de penser a elle, avant eux…je leurs donnes du rêves aussi….

Je créer, je vends, je formule, je donne, j’ajoute tous ce qu’ils ont peur d’exprimer, de ressentir, de vendre, de dire….j’y gagne des sourires et des promesses de services, toute plus grosses que les mensonges d’un enfants de 8 ans…
Mais pourquoi faut-il, que je sois obliger de faire cela? Est ce mon amour pour le genre humains? est ce ma façon de me dire, qu’avec les temps qui courts, il est temps de croire aux relations durables, bien plus fortement? Est ce ma façon de déculpabiliser des histoires qui ont pus m’arriver?Pourquoi je me sens obliger de faire tous cela?

Pourquoi tous ce que je souhaite, s’exerce sur les autres….et non sur moi?emoticone

 

 

 

 

 

19
août 2009
Posté dans Etat d'âme... par esperance30 à 10:07 | Pas de réponses »

   « Parfois, je suis comme un lion. Attendant, tournant, rugissant ma colère, griffant les arbres de ma haine…………je rêve de mieux, comme tous, mais de mieux en moi. Je rêve de changement…… »

Encore une semaine pleine d’émotions…la perte d’amis de mes amis. La perte d’être cher et aimée, admiré voir détester pour certains. Il est sage de se dire que la vie ne tient qu’a un fil. Comment la vie peut être donnée en 9 mois, et en 2 secondes enlevé….

Une semaine longue et saugrenue, ou ma gentillesse a encore donné d’elle, pour des personnes qui ne comptent plus. Pour des personnes dont ma tête espérait….l’inespérable…

Je meurs de ma bêtises, je meurs de mon envie, je meurs des autres….j’envie les couples heureux, j’envie les femmes célibataires de plaire aux hommes, j’envie l’été de sa chaleur. Je promène le long du fleuve de la vie, en attendant sagement qu’une occasion de calmer ma colère se présente. Mais l’impression d’avancer dans une forêt de mangrove, devient un quotidien sans fin.

La nuit, J’établie le schéma psychologique des personnes dont j’offre mon écoute, pour mieux cerner leurs envies et angoisses. Déterminer la solution a leurs problèmes, mais  j’en ressors plus vite épuisé qu’un athlète au 400m. Les informations se bousculent dans ma tête. Structure social de couples, méthode psychologique et psychotechnique, qualificatif d’amour au sain de la vie, la vie elle même et parfois, la mort…. tout y passe. Les heures s’écoulent sans que mes yeux ne se ferment, et lorsque cela devient le cas, mes pensées semblent redonner vie au noir profond des nuits…

La chaleur semble y aborder son thème, me faisant tourner, retourner, m’empêchant de sommeiller. Alors les nuits deviennent de plus en plus longues, mais aussi plus brutal. Je continue a réfléchir longuement, trouvant solution pour certains, problèmes pour d’autres. Promettant entre deux réflexions, la solution juste et saine à leurs angoisses latentes.

Continuité, sans fin, sans faille, je brûle cervelle et calorie pour trouver multiple réponse au sens de leurs vies….sans me préoccuper de la mienne.

Quand est ce que la pénombre sera illuminée par la clarté? Seul la vie peut commenter la continuité de mon destin…

 

10
août 2009
Posté dans Poésie... par esperance30 à 12:11 | Pas de réponses »

Si peu de temps pour s’aimer,
Si peu de temps pour aimer,
Deux, trois histoires à s’évoquer,
Deux trois peines a oublier.

D’un coup d’aile tu t’es envolé,
Depuis, tu hantes mes pensées,
Ton parfum sur mon corps m’enivré,
Ton sourire de ma vision, effacé.

Le temps s’écoule et l’agonie continue
Lorsque dans le miroir, je vois mon regard perdu
Dans mon corps un frisson, une crainte, une peur
Celle de perdre ce que je souhaite vivre a toutes heures

Une étoile qui m’a redonné envie
Là où mon âme a faiblis,
Un sentiment bizarre, un sentiment étrange,
Ce sentiment offert par un ange.

Je ne sais si c’est amour, je ne sais si c’est bonheur
Je ne sais si c’est remord, et encore moins rumeur
Ce que je sais, c’est que devant mon miroir,
Je tente à me convaincre d’un espoir.

L’espoir d’une vie meilleur,
Auprès d’une femme qui a touché mon cœur
Auprès d’une étoile qui illumine mes pleurs
Auprès d’un ange qui chasse mes peurs

Et de sa douce voix, j’attends
Qu’elle me dise d’être patient
Que pour la rejoindre, il lui faut le temps,
Le temps que tourne les vents,

Pour me redonner l’occasion
De revivre avec elle cette passion
Dans mes bras l’a réchauffer,
Puis apprendre à l’aimer….

12

LES TETES CHERCHEUSES |
s-tank et dans la place |
ÇA AS-TU DE L'ALLURE ??? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | margueritegauthier
| Les petites pensées du jour
| 30 metiers pour survivre